Casablanca Moon: de Sandwich à PIAS

Casablanca_Moon_02

Sis au n°5 de la Rue de l’Hôpital, au centre de Bruxelles, Casablanca Moon était plus qu’un magasin de disques. Fondé en 1979 par Michel Lambot, Raf Bauwens, Dominique Cornet et Brigitte Brouillard, le magasin allait devenir un lieu de rendez-vous pour beaucoup de musiciens bruxellois. Roger-Marc Vande Voorde de Polyphonic Size raconte que c’est là qu’il a rencontré ses futurs acolytes Kloot per W et Jean-Marc Lederman en 1979, et qu’on pouvait aussi y croiser Jerry (Jean-Pierre Poirier, alias Jerry Wanker, puis Jerry WX), ancien de Chainsaw, alors guitariste de Digital Dance, ou encore Daniel B de Front 242, qui travaillait un peu plus loin, rue du marché au charbon, dans le magasin d’instruments Hill’s Music. C’est de ces rencontres que naîtra le collectif Oblik Mouvement, une association fondée par Roger-Marc et rassemblant tous ces gens autour d’une fascination commune pour les expérimentations électroniques de Kraftwerk et de Brian Eno.

Très rapidement, à l’instar de Rough Trade à Londres, le magasin élargira ses activités pour se lancer dans l’organisation de concerts et d’événements comme le First Belgian Une des productions les plus importantes du label sera la célèbre compilation B9Rhythm Box Contest, un festival mis sur pied par Oblik en 1981 au  Beursschouwburg. Si le nom rappelait le fameux First Belgian Punk Contest de mars 1978, la tonalité était ici radicalement électronique, et l’affiche, dessinée par Benoît Hennebert des disques du Crépuscule, annonçait des performances de Polyphonic Size, Etat Brut, Nausea, Pseudo Code et Snowy Red, ainsi que des « ambiances visuelles » de Waving Ondulata (Guy-Marc Hinant et Frédéric Walheer, les futurs fondateurs du label Sub Rosa).

Une autre extension du magasin sera la fondation par Michel Lambot en 1979 du label Sandwich Records. Lambot avait déjà publié, avec Raf Bauwens, des singles de Red Zebra et de De Brassers, mais ce nouveau label allait se concentrer sur la scène post-punk et électronique du pays. Une des productions les plus importantes du label sera la célèbre compilation B9 qui rassemblait la crème de la cold-wave belge de ce début des années 1980. Michel Lambot raconte que, faute de pouvoir accorder un album complet à tous les groupes qui y ont participé, il a voulu réaliser avec cette anthologie un état des lieux de la scène underground de l’époque. On y retrouvera cette fois encore les habitués du magasin, Polyphonic Size, Digital Dance ou encore Prothèse, le projet de Daniel B, mais aussi Tristes Tropiques, le groupe formé par Erik Van den Broek avec deux autres fondateurs de Casablanca Moon, Raf Bauwens et Dominique Cornet. Un morceau est également crédité à Slim Jack & His Fabulous Cocktail, un pseudonyme sous lequel se dissimule pour l’occasion Michel Lambot lui-même.

En 1982, après quelques 17 productions, le label sera contraint à la faillite par de trop faibles ventes. Le magasin suivra quelques temps plus tard, entrainé par Sandwich dans sa chute, ne pouvant plus assumer le loyer élevé de la rue de l’Hôpital. Michel Lambot rebondira quasi immédiatement en mettant sur pied quatre mois plus tard un nouveau label, Play It Again Sam, avec son nouvel associé Kenny Gates, rencontré lui aussi alors qu’il était client de Casablanca Moon.
Benoit Deuxant

(Photo du n°5 de la Rue de l’Hôpital aujourd’hui par Caravane)